2 years ago

Lonesome Town - Ricky Nelson

(Source: youtube.com)

2 years ago

Collapsing Cooling Towers

(Source: youtube.com)

2 years ago

Irma & Gad Elmaleh - Isn’t she lovely (cover)

(Source: youtube.com)

2 years ago

M - Mama Sam

(Source: youtube.com)

2 years ago

Marina Bay Sands Skypark BASE Jump. Singapore 2012

(Source: vimeo.com)

2 years ago

Trololo man now

(Source: youtube.com)

2 years ago

Wishery | Pogo

(Source: youtube.com)

2 years ago Google Chrome : raccourcis de recherche dans l’omnibox

Je ne prends pas trop de risques (t’façon m’en balek j’ai une assurance) en avançant que beaucoup d’entre vous utilisent déjà la barre d’adresse de Google Chrome comme barre de recherche. Les amateurs de raccourcis clavier sont sans doutes ravis de n’avoir à faire qu’un CTRL + L suivi d’un ALT + ENTREE pour ouvrir leur recherche dans un nouvel onglet (équivalent du CTRL + K suivi de CTRL + ENTREE sous Firefox).

COURS MAGISTRAL !

Moins nombreux sont ceux qui utilisent cette barre d’adresse pour autre chose qu’une recherche Google. En effet l’omnibox permet d’effectuer une recherche sur d’autres sites en ajoutant seulement un mot clef à votre recherche. Firefox le permet aussi via les propriétés d’un marque page : c’est là où Chrome prend l’avantage à mes yeux puisque ce que je m’apprête à vous expliquer n’a aucun rapport avec les favoris et ne vient donc pas entacher inutilement nos dossiers qui nous sont si chers (si bien rangés soient-ils).

Que les défenseurs du canidé roux se taisent à jamais, même Mirlaine ne peut plus rien pour vous, vous n’êtes que des grosses tâches. Un renard est de toute façon très con et ne fait que pisser sur les mûres pour pas qu’on puisse les bouffer, bordel.

TRAVAUX PRATIQUES !

Un simple clic droit dans l’omnibox vous proposera de Modifier les moteurs de recherche pour accéder à sa majesté la configuration.

Deux choix s’offrent à vous : ajouter manuellement un moteur de recherche ou en configurer un que Chrome a déjà identifié. Puisque vous êtes débrouillards et que vous ne vous appelez pas Manuel, démerdez vous pour que Chrome ajoute lui même le moteur de recherche que vous souhaitez. Rendez-vous par exemple sur la home de youporn.com et effectuez une recherche sur votre pratique favorite : granny. Ca marche aussi avec icanhascheezburger.com mais c’est évidemment moins fnu (non ce n’est pas une faute de frappe).

En retournant sur Modifier les moteurs de recherche vous devriez désormais voir apparaître le site voulu. Vous pouvez alors modifier le mot clef en deuxième colonne, yp par exemple pour youporn ou burger pour les lolcats.

image

Il ne vous reste qu’à tenter un CTRL + L, puis taper burger granny et enfin appuyer sur ALT + ENTREE pour voir apparaître dans un nouvel onglet moult chats moins drôles les uns que les autres.

Quelques exemples de moteurs de recherches que j’utilise tous les jours.

image

3 years ago Comment comparer les prix d’une image payante

image

Dans le cas d’une recherche iconographique il arrive souvent que l’on soit coupé dans notre élan (ou dans notre budget, hein) par le prix de certaines photographies professionnelles. Il peut s’avérer très utile et économique de comparer les prix d’une même photo sur les différentes banques d’images (fotolia, gettyimages, istockphoto, grannyporn, etc).

Utiliser l’outil TinEye
Malheureusement aucun vrai comparateur de prix dans ce domaine ne semble exister (ou alors je l’ai lamentablement raté, pas comme Lady Diana et son super poto par exemple), c’est pourquoi il faut contourner ce manque par l’utilisation d’un outil appelé TinEye.

Cet outil permet de chercher sur le net entier (ou presque) les copies de l’image que vous lui donnez par upload ou par URL absolue. En lui donnant donc une copie de l’image que vous êtes sur le point d’acheter, vous trouverez rapidement les sites marchands qui proposent aussi cette image, mais peut-être à un autre prix. Vous pouvez les différencier des sites non marchands grâce à l’encadré bleu/gris les entourant (exemple avec gettyimages.com) :
image

En plus de servir de comparatif, cela peut éventuellement servir aussi à trouver une version haute définition d’une image que vous ne possédez pas, mais pour la réutiliser il vous faudra de toute façon avoir payé les droits appliqués (#OUPAS?).
3 years ago Activer l’URL rewriting sur Prestashop

[english version of this post below]

PrestaShop est une solution e-commerce réputée par son utilisation de par le monde. Utilisant PHP et l’orientation objet elle permet d’être facilement personnalisable par le commun des programmeurs, bidouilleurs et autres intégrateurs.

Installer le mod_rewrite

Avant de pouvoir faire fonctionner les URL simplifiées, il faut vérifier si le module de rewriting mod_rewrite est installé sur votre Apache. Vous pouvez le voir dans un simple phpinfo().

Pour l’installer (en root) : 

a2enmod rewrite

Autoriser les .htaccess

Il faut ensuite dire à Apache d’autoriser l’utilisation des fichiers .htaccess, soit dans le fichier de conf principal, soit dans la conf de votre vhost (c’est la propriété AllowOverride qui est importante) :

<Directory />     Order Deny,Allow     Deny from all     Options All     AllowOverride All </Directory>

Générer le .htaccess

Une fois les .htaccess autorisés, vous pouvez utiliser l’outil présent dans le back-office de Prestashop (catégorie Modules » URL Friendly) pour générer automatiquement un .htaccess qui indiquera à Apache quelles règles de rewriting appliquer. Il vous faudra préalablement créer le fichier vide pour Prestashop et lui appliquer les droits 666 (dans la racine de votre dossier contenant Prestashop) :

touch .htaccess chmod 666 .htaccess

Activer les modifications et vérifier les logs

N’oubliez pas de restart apache2 pour valider ces opérations :

/etc/init.d/apache2 restart

Si vous obtenez toujours des erreurs (aucune page 404 chargée, erreur 500, etc), n’oubliez pas de check les logs Apache avant de tenter autre chose, ils vous en diront long sur le problème (ce chemin est celui par défaut, le votre peut être différent) :

cat /var/log/apache2/error.log

[English version of this post can be found on devquotes.com: How to enable URL rewriting on PrestaShop]

4 years ago Ne plus s’arracher les cheveux à cause d’IE6

MISE A JOUR 15 novembre 2010 : Spoon.net annonce que Microsoft a demandé à retirer la suite Internet Explorer de leur site.

Microsoft has asked us to remove Internet Explorer from this service. We hope to work with Microsoft to restore cloud-based access to their browsers shortly, but in the meantime we have disabled access to Internet Explorer.

La meilleure solution de remplacement disponible aujourd’hui semble être IE Collection.

En tant qu’intégrateur HTML/CSS de longue date, j’avais jusqu’à récemment ma bonne vieille technique de debugging Internet Explorer 6 : édition du code en local et une version du navigateur plus ou moins standalone obtenue grâce à des solutions comme MultipleIE, IE Tester ou encore Microsoft Expression Web SuperPreview.

Cette dernière étant la plus évoluée de par un ciblage précis du markup au curseur (avec affichage des tailles des éléments ainsi que de la position dans le DOM), elle ne permet toutefois pas de debugger efficacement dans un cadre professionnel : lenteur extrème (j’avais le temps d’aller soulager ma vessie pendant qu’il me sortait les trois rendus IE8, IE7 & IE6) mais elle souffre surtout (la solution, pas ma vessie), comme le reste de ses congénères, de l’absence de debugging à la volée (la Microsoft Developer Toolbar ne fonctionne plus si votre système a été mis à jour pour IE8).

image

(vous ne croyiez tout de même pas que j’allais payer les droits dune photo pour mon premier billet)

La solution basique (HUGE PUN SPOTTED)

La seule solution pleinement efficace semble alors être l’installation d’une machine virtuelle (ou pas forcément virtuelle, votre vieux Pentium II 350MHZ sur un CRT 15” fera l’affaire aussi) avec un système volontairement en retard concernant les mises à jour Internet Explorer afin d’avoir une vraie version d’IE6, the one and only, the real standalone fucking retarded browser that makes brix to be shat. Couplé à la Developer Toolbar, voilà presque la meilleure des armes pour les serial debuggers que nous sommes  sous réserve d’avoir la machine virtuelle à disposition ou de pouvoir se trimballer le Pentium II dans le métro.

Une solution qu’elle est top moumoutte (forcément, à force de s’arracher les cheveux.)

Messieurs, mesdames (qu’elles se dénoncent), jetez vos Petrol Anh et autres attentions capillicultrices : Spoon.net propose de corriger les erreurs de l’histoire de l’humanité grâce à un système admirablement simplifié de téléchargement de package.

Pour faire simple : en installant le Spoon plugin pour Firefox (je dis bien plugin, pas extension) le système d’exploitation peut exécuter les applications dont Spoon.net met les fichiers à disposition. Tout se déroule comme si vous exécutiez l’application d’origine sur votre machine puisque c’est finalement le cas. Vous pouvez donc utiliser IE6 comme en 40, avec sa Developer Toolbar (qu’il faut préalablement télécharger et installer).

image

Debugger Maïté sous IE6, vous en rêviez.

 

En ayant Mozilla Firefox comme navigateur par défaut, il est possible de mettre au point un subtile subterfuge à base de raccourcis Windows et de iframe Spoon qui facilitera l’accès à l’appli.

Personnellement, mon temps passé sur l’intégration HTML & CSS a radicalement changé depuis la découverte de cet outil dont je n’avais jamais entendu parler. N’hésitez pas pour autant à m’insulter en commentaire s’il s’avérait que vous n’ayez absolument rien appris après avoir lu cet article.